Santé et bien‑être : les candidats municipaux doivent « réduire les écarts »

Selon le rapport sur la santé et le bien être d’Ottawa, publié par la Coalition des centres de ressources et de santé communautaires d’Ottawa (CCDP), la Ville d’Ottawa devra apprendre à mieux investir dans ses résidents et ses communautés.

« Les biens nantis obtiennent d’excellents résultats par rapport à la santé et au bien être, mais ce n’est malheureusement pas le cas de tout le monde. Notre Conseil municipal doit remédier à cet écart afin de faire d’Ottawa une ville plus saine et équitable », a affirmé Leslie McDiarmid, porte parole de la CCDP, au cours d’une table ronde qui avait lieu à l’hôtel de ville ce matin.

Le rapport, intitulé Réduire les écarts, comprend quatre recommandations en matière de politiques municipales :
• Aller de l’avant dans la mise en œuvre du plan sur le logement abordable et du plan décennal de la Ville pour mettre fin à l’itinérance à long terme.
• Faire en sorte que le transport en commun soit plus abordable pour les personnes à faible revenu en rendant le laissez-passer communautaire accessible à tous les résidents dont le revenu est inférieur au seuil de faible revenu (SFR), et adopter des politiques pour rendre le transport en commun plus sécuritaire.
• Adopter un ensemble de mesures visant à augmenter l’accès à de la nourriture saine et abordable.
• Encourager les possibilités d’emploi favorisant l’embauche de jeunes et de membres de groupes sous-représentés pour les emplois et les contrats de sous-traitance de la Ville d’Ottawa.

Dans ce même rapport, on s’attarde par ailleurs aux indicateurs du bien être qui sont au cœur du cadre d’évaluation de l’Indice canadien du mieux-être (ICME), l’une des initiatives de mesure du progrès social la plus reconnue sur la scène mondiale. L’ICME permet d’évaluer le niveau de santé et de bien être à partir de 64 indicateurs regroupés en huit « domaines » ou catégories liées à la qualité de vie : le dynamisme communautaire, la participation démocratique, l’éducation, l’environnement, les populations en santé, les loisirs et la culture, les niveaux de vie et l’aménagement du temps.

Jack McCarthy, directeur général du Centre de santé communautaire Somerset Ouest, est étonné : « En lisant les indicateurs de l’ICME pour Ottawa, on constante un fossé inquiétant. Certains indicateurs présentent une ville prospère, tandis que plusieurs autres signalent qu’elle a du chemin à faire pour améliorer la santé et le bien être de chacun.» Voici quelques exemples illustrant ce constat :
• Bien qu’Ottawa ait le revenu médian le plus élevé au Canada, le taux de pauvreté s’y chiffre à près de 12 %.
• Le suicide est la principale cause de décès chez les personnes de 20 à 44 ans.
• Ottawa a le taux d’appartenance à la communauté le plus faible de toutes les régions métropolitaines de l’Ontario.

Diverses initiatives communautaires mises sur pied par la Coalition des centres de ressources et de santé communautaires sont présentées dans le rapport Réduire les écarts, ce qui démontre bien que des mesures en réponse à ces problèmes peuvent être prises à l’échelle communautaire.

« Le rapport révèle que les organismes communautaires peuvent renforcer la résilience des gens », affirme Hussein Samhat, ambassadeur du programme Passeport pour ma réussite, un programme offert par le Centre de santé communautaire Pinecrest-Queensway. Il ajoute : « Sans le soutien que j’ai reçu par l’entremise de Passeport pour ma réussite, je vivrais probablement encore dans un refuge. »

La CCDP insiste toutefois sur le fait que les dirigeants municipaux doivent apporter leur contribution et mettre en place une politique gouvernementale plus saine afin de diminuer le niveau de stress de la population, qui nuit au bien être physique et mental des gens. « Au bout du compte, les décisions que prennent nos dirigeants municipaux sont les déterminants de la santé les plus importants, témoigne Jack McCarthy. C’est la raison pour laquelle les résidents doivent voter aux élections municipales en novembre, et appuyer les politiques qui permettront d’amoindrir l’écart entre les nantis et les moins bien nantis à Ottawa en termes de santé et de bien être. »

Ajouter un commentaire

Plain text

  • No HTML tags allowed.
  • Web page addresses and e-mail addresses turn into links automatically.
  • Lines and paragraphs break automatically.
By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.