L’INDICE CANADIEN DU MIEUX ÊTRE

UN OUTIL MIS AU POINT AU CANADA POUR MESURER CE QUI COMPTE


Comme la plupart des pays, le Canada ne dispose pas d’un seul instrument national de suivi et de compilation de rapports sur la qualité de vie globale. Le produit intérieur brut (PIB) n’a
jamais été conçu ou destiné à être un indice de mesure du progrès social ou de la qualité de vie globale. Il ne parvient pas à saisir la qualité de la vie dans toute son ampleur.

L’une des initiatives les plus reconnues et louangées est l’Indice canadien du mieuxêtre (ICMÊ). L’objectif consistait à mettre au point un instrument qui mesure d’une manière rigoureuse et complète la qualité de vie globale au Canada. Munis de données sur les domaines de la vie qui comptent véritablement pour les gens d’ici, les décideurs ont pu « boucler la boucle » entre les aspirations sociales, les politiques gouvernementales et les données probantes incontestables. Dès le début, l’initiative était enracinée dans l’expérience canadienne. La mise au point de l’indice est le fruit de consultations approfondies avec les Canadiens sur les valeurs qui devraient selon eux guider notre pays : l’équité, la diversité, l’équité, l’intégration, la santé, la sécurité
économique, la démocratie et la pérennité.

Les centres membres de l’ACSO ont également exploré systématiquement comment ils peuvent appliquer l’ICMÊ aƒn d’améliorer leurs e¡orts de prestation de soins primaires. Grâce au
généreux soutien de la Fondation Trillium de l’Ontario, on dénombre maintenant plusieurs « sites de démonstration et de sites pilotes » un peu partout dans la province.

Dans le cadre de sa phase pilote, l’ACSO étudie la façon dont l’ICMÊ peut être utilisé comme outil d’amélioration de la qualité de la
prestation des services et des programmes.

Nous en sommes également à imaginer l’impact collectif positif si d’autres secteurs commencent à appliquer l’ICMÊ dans leurs e¡orts en vue d’améliorer la santé et le bienêtre dans les domaines où ils ont le plus d’in´uence. Il est passionnant d’imaginer les possibilités de créer un impact collectif si les initiatives multisectorielles de l’ICMÊ sont étendues à l’échelle provinciale.