Ajouter un commentaire

Changer la conversation : Environnement - Centre autochtone d’accès aux soins de santé du Sud-Ouest de l’Ontario

Le domaine de l’environnement de l’Indice canadien du mieux-être (ICMÊ) porte sur la responsabilité collective des Ontariens en matière de protection, de gestion ou de revitalisation de la qualité et de la durabilité des ressources environnementales. Quand il s’agit de ce domaine, les tendances dégagées dans le rapport de synthèse sur l’ICMÊ en Ontario : Comment les Ontariens se portent-ils véritablement? ne brosse pas le tableau d’un avenir sain pour l’environnement. Entre 1994 et 2010, on a observé une forte baisse dans le domaine de l’environnement.

L’ACSO et ses centres membres reconnaissent que l’environnement est le fondement de notre santé et de notre bien-être personnel et collectif. Notre prise de conscience et notre souci de la pérennité de l’environnement se reflètent dans la façon dont nous, en tant qu’individus et collectivités, influençons notre milieu naturel et interagissons avec ce dernier. Le domaine de l’environnement englobe notre mode d’accès aux biens et services environnementaux qui affectent notre qualité de vie.

La sécurité alimentaire, qui relève du domaine de l’environnement de l’ICMÊ, existe « lorsque tous les êtres humains ont, à tout moment, un accès physique et économique à une nourriture suffisante, saine et nutritive leur permettant de mener une vie saine et active ». Elle englobe à la fois l’accès physique et économique à une nourriture qui répond aux besoins énergétiques et aux préférences alimentaires des populations. Si l’insécurité alimentaire est visible partout au Canada, les recherches ont démontré que les ménages autochtones courent un risque beaucoup plus élevé d’insécurité alimentaire que les ménages non autochtones.

Pour tenir compte de cette disparité, de nombreux Centres autochtones d’accès aux soins de santé (CAASS) de l’Ontario ont mis au point des programmes pour contrer le manque d’accès à une alimentation adéquate que peut subir la communauté autochtone. Au Centre autochtone d’accès aux soins de santé du Sud-Ouest de l’Ontario (SOAHAC) situé à London, en Ontario, les initiatives entreprises visent à répondre aux besoins de la collectivité pour des aliments nutritifs abordables, accessibles et culturellement adaptables.

Le SOAHAC s’efforce de fournir des services de santé holistique de qualité par le partage et la promotion de pratiques de santé traditionnelles et occidentales pour permettre aux membres de la communauté d’atteindre un état de bien-être plus équilibré. Avec trois emplacements, le centre fournit des services aux collectivités dans les réserves et à l’extérieur de ces dernières.

Les programmes Nutrition et modes de vie sains, Éducation sur le diabète et Santé maternelle offrent de la formation en matière de nutrition adaptée à la culture, conçue en tenant compte des besoins des clients. Lin Yuan, une diététiste qui travaille avec les membres de la communauté pour améliorer le bien-être nutritionnel et renforcer la prise en charge par l’individu de sa propre santé, offre des services de nutrition. Souvent, des ingrédients d’usage courant pour les Autochtones comme le riz sauvage, le gibier et les baies, sont incorporés à des recettes saines enseignées aux participants, tout en tenant compte des défis liés au revenu et au milieu géographique.

Au SOAHAC, on privilégie l’instauration d’un sentiment de bien-être holistique chez les membres de la communauté. La pratique culturelle constitue la clé et elle se reflète à travers les enseignements de la roue de la médecine et les quatre directions de la création. Afin de concrétiser les éléments physiques, mentaux, affectifs et spirituels de la santé dans la pratique et de mettre en place un cercle de soins, les programmes de nutrition du SOAHAC font appel à l’expertise des guérisseurs traditionnels dont les enseignements encouragent les participants à rechercher un sentiment de bien-être équilibré et holistique. Cela facilite l’intégration des perspectives autochtones traditionnelles et intergénérationnelles envers la nutrition et la santé globale.

La serre communautaire au SOAHAC favorise également la responsabilité collective de préserver l’environnement et donc le bien-être par les croyances et les pratiques traditionnelles. La serre quatre-saisons est utile pour l’éducation sur le diabète, la promotion de la saine alimentation et les changements d’habitudes de vie ainsi que la plantation de plantes médicinales traditionnelles afin d’encourager les peuples des Premières nations à mieux prendre en mains leur santé et leur bien-être. La serre approvisionne trois collectivités des Premières nations (Chippewas, Oneida et Munsee) en aliments sains et en herbes médicinales, ce qui promeut l’autonomie et la participation active des membres de la collectivité dans des initiatives en amont.

Les initiatives passées du SOAHAC portant sur la pérennité de l’environnement comprennent des promenades d’observation et des ateliers sur les plantes médicinales, un festival annuel de la moisson et des cours de jardinage qui encouragent la culture des fruits, des légumes et des herbes fraîches dans les potagers domestiques. Avec un engagement inébranlable à bâtir une communauté plus saine, le SOAHAC vise à offrir des programmes et des services qui reflètent la diversité des histoires et des traditions culturelles ainsi que le rôle des Autochtones en tant que gardiens du territoire.

Plain text

  • No HTML tags allowed.
  • Web page addresses and e-mail addresses turn into links automatically.
  • Lines and paragraphs break automatically.
By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.