Ajouter un commentaire

Changer la conversation : Participation démocratique - Initiative Faire compter les votes dans nos milieux de vie

Le domaine de la participation démocratique de l’Indice canadien du mieux-être (ICMÊ) mesure l’engagement des Ontariens dans l’avancement de la démocratie par l’entremise d’institutions, d’organisations et d’activités politiques. On constate une légère augmentation de 1,7 % dans la participation démocratique de la population ontarienne depuis 1994, inférieure à l’augmentation observée dans l’ensemble du pays (7,0 %).

Selon le Rapport provincial sur le mieux-être, une société qui jouit d’un haut niveau de participation démocratique est une société où les citoyens participent à des activités politiques, expriment des points de vue politiques et favorisent les connaissances en matière de politique; les gouvernements créent des relations, de la confiance, des responsabilités partagées ainsi que des possibilités de participation avec les citoyens;  les valeurs démocratiques sont appuyées par les citoyens, le gouvernement et la société civile aux échelles locale, nationale et mondiale.

Le taux de participation électorale est à la baisse depuis la fin des années 1970. Cette tendance a une incidence particulière sur les résidents à faible revenu, qui sont moins portés à voter que les électeurs à revenu supérieur. Les élus prennent généralement des décisions qui sont dans l’intérêt des gens qui les élisent. Ceci contribue à un cercle vicieux de manque de solidarité et de déficit démocratique où les gens en situation de pauvreté ne voient pas traiter leurs préoccupations et deviennent encore moins enclins à voter.


Initiative Faire compter les votes dans nos milieux de vie


Pour contrer cette tendance, la Coalition des centres de ressources et de santé communautaires (CRSC) et l’Initiative : une ville pour toutes les femmes (IVTF) se sont associées dans un projet de trois ans visant à accroître le taux de participation électorale dans les quartiers à faible revenu et chez les personnes vivant dans la pauvreté, aussi bien dans des régions urbaines que des régions rurales de la ville.

L’initiative Faire compter les votes dans nos milieux de vie a pour objet d’inciter les résidents, les partenaires communautaires et les gouvernements à mettre en place des stratégies pour accroître le taux de participation électorale et l’engagement civique à long terme.
La première étape de cette initiative passait par de la recherche-action participative menée par des femmes qui vivent dans des quartiers à faible revenu. Elles ont identifié des obstacles au vote, ainsi que des stratégies et des actions visant à accroître la participation électorale.

Cinq équipes de femmes de différents secteurs d’Ottawa ont facilité les échanges au sein de 20 groupes de discussion auxquels ont pris part 202 participants représentant la diversité de la population : des immigrants, des francophones, des Autochtones, des personnes âgées et des jeunes, ainsi que des personnes handicapées. En tout, les femmes ont mené treize entrevues auprès de répondants clés et effectué une revue de la littérature.

On a constaté que la plupart des participants avaient une perception positive du vote — la possibilité qu’il leur offre de faire entendre leurs voix. Pour citer un participant : « J’ai le droit de vote. Je suis content de voter, d’être admissible à voter et j’en suis fier. Je ne peux pas me plaindre si je ne vote pas ». 

Toutefois, on a cerné en tout 10 des principaux obstacles au vote, notamment l’incertitude quant aux politiciens qui sont dignes de confiance, l’incompréhension du processus politique, la difficulté d’accès aux bureaux de vote, le manque de connaissance des candidats ou la difficulté de trouver un candidat qui les représente.

Comme le dit un résident d’Ottawa, « C’est l’expérience de la pauvreté elle-même qui va décourager une personne de voter; comment trouver le temps d’aller voter en composant avec autant de difficultés? De plus, les personnes à faible revenu en sont venues à penser : qui sera à l’écoute d’une personne pauvre de toute façon? »

Quatre grands thèmes sont également apparus qui revêtent une grande importance pour les résidents à faible revenu dans la prochaine élection municipale de 2014 : les logements abordables, le transport en commun sûr et abordable, l’accès à de la nourriture saine et l’emploi pour les immigrants et les jeunes.

Les participants ont mis au point une stratégie visant à « créer une culture d’engagement civique ». Ils ont établi quatre stratégies assorties d’actions précises à entreprendre par le gouvernement, les organisations communautaires, les résidents et les candidats :
 
  1. Rendre le vote facile
  2. Rendre le vote amusant
  3. Éveiller la passion de faire une différence
  4. Construire des ponts entre les élus et les résidents

Sur la base de cette stratégie, les femmes des cinq quartiers ont organisé des activités visant à créer une culture d’engagement civique. Qu’il s’agisse de séances d’information sur l’importance du vote à l’invitation de candidats en passant par des forums de quartier jusqu’à la conception de concours, les résidents à faible revenu participent de plus en plus activement à la vie civique d’Ottawa.

Selon Euphrasie Emedi, agente de développement communautaire au Centre de santé communautaire du Sud-Est et membre du personnel clé engagé dans l’initiative Faire compter les votes dans nos milieux de vie, il est essentiel de continuer à favoriser la participation démocratique parmi les résidents d’Ottawa pour assurer la durabilité citoyenne : « L’engagement civique doit être à long terme — que ce soit dans les élections municipales, provinciales ou fédérales ».

Pour lire le rapport complet Faire compter les votes dans nos milieux de vie, visitez :
http://www.coalitionottawa.ca/media/78923/Making%20Votes%20Count%20Where%20We%20Live%20-%20%20Full%20Report%20-%20March%2017%202014.pdf  (en anglais seulement)

Lien vers le résumé du rapport en français : http://www.coalitionottawa.ca/media/78187/Making%20Votes%20Count%20Where%20We%20Live%20-%20R%C3%A9sum%C3%A9%20-%20FR.PDF
 

Plain text

  • No HTML tags allowed.
  • Web page addresses and e-mail addresses turn into links automatically.
  • Lines and paragraphs break automatically.
By submitting this form, you accept the Mollom privacy policy.